Éducateurs

Vous avez envie d’une activité en plein air, de lien social et de transmettre des valeurs d’un sport collectif : solidarité, respect d’autrui et des règles du jeu, convivialité, altruisme… vous êtes le bienvenu dans l’équipe!

Salut les coachs,

Quelques liens pratiques qui peuvent vous donner des idées, des infos, envie de coacher, gagner du temps dans des recherches…
Bonne lecture!

Le site FC COMTAL et de l’école de foot : https://www.sc-sebazac.fr/ c’est nous!

Permet de diffuser des information entre nous, mais aussi plus largement à toute personne qui visite notre site. Les jeunes apprécient se voir en photo pendant un match, se rappeler d’un bon moment, … Il peut y avoir aussi des informations : document difficile à envoyer par texto à cause de la taille, des informations sur des évènements à venir, des articles, les convocations, les planning des dates à réserver…


 

Le site du District : https://aveyron.fff.fr
U7, U9 pour avoir des infos dans PRATIQUE / FOOT ANIMATON
U11, U13 informations sur les jeunes dans PRATIQUE / JEUNES
U13 et + suivre le classement de l’équipe, le calendrier : dans COMPETITIONS
informations sur les formations éducateur dans FORMATIONS / EDUCATEURS


 

Le livret du stagiaire : document très pratique pour avoir des idées d’exercices en fonction de ce qu’on veut travailler lors des entraînements bien adaptés à la catégorie.
C’est le document qui reprend tout le contenu de la formation « module u15 » par exemple. Il contient un grand nombre d’idée d’exercice à faire lors des entraînements.
à télécharger :

livret module U 6-U 7 : complet _ / _ que exercices

livret module U 8-U 9 : complet _ / _ que exercices

livret module U10-U11 : complet _ / _ que exercices

livret module U12-U13 : complet _ / _ que exercices _ / _ complet2022

livret module U14-U15 : complet _ / _ que exercices

livret module U17/U19 : complet _ / _ que exercices

(document de formation de la fff www.fff.fr)


 

Le guide interactif du Football des enfants : infos sur règles selon catégorie, organisation… pour les U7 à u13: https://www.fff.fr/search/voir_tous?index=documents&query=GIFE

Boîte à outils qui fournit des contenus progressifs et adaptés à chaque âge : un calendrier de la saison et des événements qui la rythment, des informations sur le développement de l’enfant et le rôle de l’encadrement et des contenus de séances adaptés.


 

Le PEF : Le programme Éducatif Fédéral qui « vise à inculquer les valeurs du football :  Plaisir Respect Engagement Tolérance Solidarité » autour de 6 thèmes :
    Santé / Engagement Citoyen / Environnement / Fair-play / Règle du jeu et arbitrage / Culture foot
    https://pef.fff.fr/


 

Le coach (extrait de la fff www.fff.fr) :
Une passion, une vocation
L’activité d’entraîneur(e) conjugue étroitement passion du football, envie d’apprendre, plaisir d’enseigner et goût de la compétition Pourtant, on ne s’improvise pas éducateur(trice) ou technicien(ne), on le devient par vocation. On suit alors une formation adéquate, plus ou moins longue et approfondie selon le niveau et le domaine dans lesquels on souhaite exercer, l’objectif poursuivi et le public concerné
Des compétences transversales
Qu’elle s’exerce de façon bénévole ou professionnelle, cette activité aborde des aspects variés : connaissance du jeu et du (de la) joueur(se), pédagogie, exigence technique, tactique, athlétique et mentale, planification et conduite des séances ou, encore, la direction d’équipe sur le terrain. Bien encadrer, c’est aussi pratiquer un management humain et tenir compte de la dimension sociale, toujours plus importante, notamment auprès des jeunes
licencié(e)s.
Des publics et des approches diversifiés
Équipe senior, masculine, féminine, avec des enfants : selon les joueurs(ses) encadré(e)s, leur âge ou leur niveau, le rôle de l’entraîneur(e) peut être très différent. L’approche n’est pas la même, tout comme le contenu des séances, la pédagogie mobilisée, ainsi que les contextes et objectifs définis. Tous n’exigent pas les mêmes acquis ni les mêmes diplômes ou brevets.
L’importance de la formation
Le cursus de formation proposé par la FFF aux futur(e)s entraîneur(e)s décrit une courbe ascendante non seulement dans la hiérarchie mais aussi dans le degré de difficulté et de technicité. Du module rapide au diplôme d’entraîneur(e) professionnel(le), des milliers d’heures d’enseignement et des  centaines de stages sont dispensés chaque année aux candidat(e)s souhaitant accéder aux brevets et diplômes fédéraux, par l’intermédiaire de l’Institut de Formation du Football (FFF) et ses antennes régionales.
Des qualités extra-sportives
L’entraîneur(e) ne doit pas seulement mobiliser des compétences techniques mais aussi faire preuve de curiosité, d’ouverture d’esprit et de capacité  adaptation face aux différentes situations Parmi les qualités attendues, figurent également la pédagogie et la communication, utiles à la transmission des messages, l’éthique, avec des valeurs personnelles et professionnelles fortes, mais aussi la culture générale, au-delà du seul domaine sportif.




L’entraîneur idéal (extrait de https://entrainementfootballpro.fr/) :

3 dimensions pratiques à développer : les capacités techniques, les capacités relationnelles, les capacités opérationnelles
Le rôle d’un entraineur ne cesse d’évoluer et de s’élargir. Il doit être à la fois manager, coach, technicien, éducateur et meneur d’hommes. Il faut donc détenir un certain nombre de compétences pour exercer efficacement sa fonction.
1 – LES CAPACITÉS TECHNIQUES
Elles correspondent aux connaissances techniques, tactiques, physiques et mentales liées au football. Elles concernent donc le « savoir-faire » de l’entraineur. On peut parler de « technicien de l’entrainement ». Il excelle dans la planification, l’élaboration, le déroulement et l’observation de l’entrainement. Il maitrise les différentes méthodologies de travail. Pour Pep Guardiola, c’est ces capacités techniques qu’il l’anime. Il dit : « on devient entraineur pour différentes raisons. Ma motivation, c’est la tactique, disséquer le jeu, trouver des solutions. C’est pour cela que je suis entraineur… »
Quelques orientations « techniques » à améliorer :
– Le chercheur : Il doit sans cesse être à la recherche de nouvelles idées et s’éloigner de la routine. L’entraineur est un chercheur qui doit améliorer sans cesse les techniques d’entrainement.
– L’organisateur : Il doit être en capacité de structurer le club, son projet de jeu, sa programmation, ses séances. L’organisation mène à l’excellence.
– Le technicien de l’entrainement : Choisir, préparer, structurer, animer, réguler, s’autoévaluer… ce sont quelques-unes des actions à mettre en place par l’entraineur. Il doit concevoir et gérer ses programmations en vue de développer les performances individuelles et collectives de son équipe.
2 – LES CAPACITÉS RELATIONNELLES
Elles désignent les aptitudes de l’entraineur à savoir communiquer efficacement avec le groupe, le joueur, le staff et les membres du club. En plus de ses autres fonctions, l’entraineur doit être capable de communiquer son projet avec son plan d’action, d’enseigner auprès de ses joueurs, d’appréhender les différentes personnalités autour de lui, de gérer la dynamique de groupe… Les bonnes relations nourries de confiance, de respect, de mise en commun des objectifs et de respect des rôles est un prérequis nécessaire dans la relation entre l’entraineur et son équipe . Le sélectionneur Didier Deschamps souligne l’importance des relations humaines, il dit :  « Une grosse partie du métier d’entraineur repose sur la psychologie, le management. Le choix le plus important, c’est celui des joueurs que tu mets dans la liste des 23 partants pour la coupe du monde. Les équilibres humains sont tellement fragiles. »
Quelques orientations « relationnelles » à améliorer :
– Gestion du groupe, richesse relationnelle : Loin de sa partie technique ou même organisationnelle, l’entraineur doit améliorer la dynamique de son équipe en facilitant les échanges, en manageant son équipe. Les membres de l’équipe doivent être heureux de cohabiter ensemble. L’entraineur doit respecter des principes à la dynamique de groupe comme : établir un cadre de fonctionnement, définir des objectifs, créer des liens entre les joueurs…
– La communication – le dialogue : Bien communiquer est une condition indispensable pour favoriser la performance. Ce n’est pas forcément la chose qu’un entraineur fait le mieux, mais pourtant c’est ce qu’il fait le plus souvent. L’entraineur doit savoir faire passer des messages clairs et de plus être à l’écoute pour connaître et comprendre.
– Encadrer l’équipe : En plus de responsabiliser et d’automatiser chacun sur le rôle à avoir dans le groupe, l’entraineur doit faire des feedbacks réguliers ( individuels ou collectifs ). Il doit recadrer lorsque c’est nécessaire ou exprimer sa reconnaissance.
3 – LES CAPACITÉS OPÉRATIONNELLES  
Elles permettent à l’homme de terrain de prendre des décisions, d’agir, de s’adapter aux situations variées et imprévues du quotidien ( concevoir, décider, organiser, diriger, contrôler, adapter… ). Le job de l’entraineur consiste à rallier les joueurs à sa cause. « Il ne s’agit pas tant de gagner ou de perdre, mais d’avancer sur la route choisie » annonce Pep Guardiola.
Quelques orientations « opérationnelles » à améliorer :
– Créateur et pilote d’un projet : L’entraineur donne une ligne directrice claire et précise. Il la partage. Il explique les actions à mener pour que le projet de l’équipe prenne vie.  Il a donc comme rôle d’établir des objectifs clairs pour éviter toute confusion. O. Hitzfeld ( entraineur Allemand ) disait : « un tacticien sait prévoir et tenir le cap. »
– Régulateur : Un système fonctionne efficacement après de nombreuses régulations. L’entraineur doit être à l’écoute de l’environnement autour de lui. Il doit savoir résoudre des situations ou problématiques à l’intérieur d’un cadre bien défini.
CONCLUSION :
Lorsque nous parlons d’un « bon entraineur », il doit regrouper différentes compétences. Etre bon simplement d’un point de vue technico-tactique ne suffit pas. Il est difficile d’être bon dans tous les domaines. Mais on peut toujours s’améliorer, en étudiant, en se formant… Marcello Lippi, champion du monde avec la squadra azzura ( sélection Italienne ) résume l’idée fondatrice de cet article, il dit : « les jeunes entraineurs doivent comprendre que maitriser la tactique ou la technique n’assure pas le succès. Le plus important désormais, est la gestion des joueurs. Le rôle de technicien est aussi de les guider, il doit leur donner l’impression qu’il peut les emmener au bout de l’objectif. »